LES FORMATIONS

DIPLÔME

UFR Sciences et techniques

Responsable de la formation : BADOT Pierre-Marie
Téléphone : 0381665708
Mél : pierre-marie.badot@univ-fcomte.fr
UFR de rattachement UFC : UFR ST - Sciences et techniques
Localisation des enseignements UFC : Besançon

Master mention Ecosystèmes Environnement spécialité QUalité des Eaux, des Sols et Traitements




Mention : Ecosystèmes Environnement
Spécialité : QUalité des Eaux, des Sols et Traitements
Domaine de formation : Sciences, technologies, santé

Présentation de la spécialité dans la mention

Carte des formations de l'UFR Sciences et techniques
et dossiers de candidature : http://sciences.univ-fcomte.fr

La spécialité QuEST est basée sur les deux parcours de M1 qui sont totalement communs avec la spécialité ECoS :


- Ecologie (Milieux, eaux, sols) (UFR ST) ancre les étudiants dans les domaines de l'écologie (des populations, des communautés, des transferts). Ce parcours constitue un tronc commun avec la spécialité ECoS. La structure en Y du parcours permet une orientation progressive en M1 soit vers QuEST soit vers ECoS.


- Biologie et biotechnologies environnementales (UFR ST) ancre les étudiants dans les domaines de la biologie végétale et des biotechnologies environnementales (certaines unités sont mutualisées avec l'Université de Bourgogne).


Des étudiants ayant suivi en M1 la mention Géologie (UFR ST) - spécialité qui ancre les étudiants dans les domaines relatifs aux écoulements, déformations et transferts et leurs applications - peuvent intégrer le M2 QuEST après validation par le comité pédagogique.


Les parcours de M1 en Sciences de la santé humaine ou vétérinaire et de Génie de l’environnement  peuvent également permettre d'intégrer QuEST en M2 après validation par le comité pédagogique.

La spécialité est très largement ouverte sur l'extérieur et montre une très grande attractivité vis à vis d'étudiants issus d'autres universités et d'autres régions : environ 50 % des entrées en M1 sont le fait d'étudiants issus d'étudiants extérieurs dont la motivation affichée est de suivre la spécialité QuEST.

Objectifs scientifiques

La spécialité Qualité des Eaux, des Sols et Traitements (QuEST) est l'héritière d'une formation centrée sur les métiers de l’eau qui existe à Besançon depuis 1969 et qui a progressivement évoluée jusqu'à sa forme actuelle. Le Master QuEST est articulé sur une démarche intégrée d’étude et de gestion des milieux aquatiques basée sur (1) la diagnose des systèmes aquatiques et de leurs bassins versants, (2) l'identification des perturbations et la recherche de leurs causes et (3) le traitement des pollutions et la gestion durable des usages.

La formation s'appuie sur les travaux conduits au sein des unités de recherches et sur l'expertise des professionnels impliqués dans l'équipe pédagogique. Elle est axée sur :

* les concepts et les principes d'une approche éco-systémique,
* les savoirs disciplinaires de l'écologie, de l'écotoxicologie, des sciences du sol, de la chimie et de l'hydrogéologie,
* les méthodes, techniques et outils à la disposition des professionnels de la gestion des milieux aquatiques, du traitement et de la dépollution des eaux et des sols.

La formation comporte un ensemble important d'exercices et travaux pratiques à partir de mesures et de prélèvements de terrains. Elle repose sur de nombreuses études de cas concrets à l'occasion desquels les étudiants sont progressivement amenés à concaténer et intégrer les savoirs disciplinaires et les procédés disponibles. Ces études de cas leur permettent :

* de réaliser et d'interpréter des diagnostics de qualité des milieux et des études d'impact,
* de proposer des stratégies de préservation et de gestion de ces milieux,
* de maîtriser les procédés préventifs de traitements des effluents urbains, industriels et agricoles,
* de mettre en œuvre les techniques curatives de dépollution des sites contaminés,
* d'élaborer des projets de restauration à l'échelle des bassins versants.

Objectifs professionnels

La spécialité QuEST est conçue pour former des cadres opérationnels dans les domaines du diagnostic de la qualité des systèmes aquatiques continentaux, de la gestion durable de ces systèmes, du traitement préventif des eaux, des effluents, des sols et des sédiments, de la restauration des sites contaminés.

Les compétences et savoirs enseignés concernent les domaines suivants :

  • Diagnostic de qualité des systèmes aquatiques (lacs et cours d’eau) et des milieux humides (toubières, prairies inondables, forêts alluviales)
  • Etude des mécanismes de transferts et de stockage de pollution dans les eaux, les sédiments et les sols
  • Analyses chimiques de l'eau et des rejets polluants
  • Etudes d'impact et de risques
  • Techniques de dépollution des eaux et des bassins versants
  • Traitements des sols et des boues
  • Stratégie et méthodes de restauration des milieux aquatiques et humides


Stage - durée : 6 mois
Stage - période : avril à septembre
Recherche/mémoire - durée : septembre à mars
Recherche/mémoire - période : septembre à mars

Contrôle des connaissances

Contrôle continu. Détails communs à tous les diplômes précisés sur le site de l'université.

Formation à / et par la recherche

La finalité de la spécialité QuEST est essentiellement professionnelle : la spécialité prépare à l'entrée dans la vie active dans les métiers liés à

o l’étude, la gestion, l’aménagement et la restauration des écosystèmes aquatiques continentaux ainsi que de leurs bassins versants ;

o le traitement et la dépollution des eaux et des sols.
L'expérience montre cependant qu'un nombre non négligeable de diplômés choisissent de poursuivre leur formation par un doctorat.

Quel que soit le choix effectué par le diplômé, nous considérons qu'il est essentiel que le diplômé ait eu au cours de sa formation initiale une initiation à la recherche. Ceci est bien sûr un pré-requis indispensable pour les étudiants poursuivant en doctorat, mais constitue aussi à nos yeux un bagage tout aussi indispensable pour ceux qui sont désireux de s'orienter dans la vie professionnelle. En effet, lors de leur pratique quotidienne, les professionnels que nous formons auront constamment à se tenir informer des avancées des connaissances et ils doivent savoir utiiser les outils de documentation et de veille scientifique à la disposition des chercheurs. Oeuvrant dans des domaines où les connaissances font parfois défaut et où le dire d'expert est souvent mis à contribution, ils tireront un plein bénéfice d'avoir été en contact étroit avec la recherche et avec le questionnement intellectuel et l'ouverture d'esprit requis par cette activité.

L'initiation à la recherche est partie intégrante de la formation. Concrètement, les principaux moyens mis en oeuvre pour réaliser cette initiation sont les suivants :
- de très nombreux enseignements pratiques et dirigés s'appuient sur des connaissances et des questionnements scientifiques directement issus des travaux de recherche de l'équipe pédagogique,
- tant en M1 (T.E.R.) qu'en M2 (projet), les étudiants sont mis en situation de participer concrètement à des activités de recherche conduites au sein des laboratoires d'accueil. Ils sont ainsi formés aux méthodes et à la pratique quotidienne de la recherche.

Les travaux de recherche menés par les enseignants chercheurs de l'équipe pédagogique sont utilisés pour faire évoluer les enseignements afin d’offrir aux étudiants en formation initiale et aux professionnels les derniers développements des savoirs et des techniques ainsi que des possibilités de remise à niveaux.

Formation professionnelle et compétences transverses

La forte proportion d’intervenants professionnels, les nombreux cas concrets étudiés durant la partie théorique ainsi que les sujets et les structures d’accueil et la durée (6 mois pleins) retenues pour les stages garantissent un fort degré de professionnalisation pour la spécialité.

En M1 et M2, différentes unités permettent à l'étudiant d'acquérir diverses compétences transversales en matière d'expression écrite et orale, de gestion de projets et de compétences linguistiques. Le Stage constitue un outil clé dans ce domaines puisqu'outre ses aspects techniques et pratiques, l'étudiant est mis en situation de tester et développer ses qualités organisationnelles et relationnelles.

Cet aspect est renforcé par l’intégration des maîtres de stage et des intervenants professionnels dans le comité pédagogique ainsi que par leur participation à la définition des contenus des différents modules. Parallèlement, l’importance des travaux pratiques (sur le terrain et en laboratoire) et des travaux transdisciplinaires en autogestion donnant lieu à des rapports écrits puis à des présentations orales en situation conforte encore l’opérationnalité des jeunes diplômés qui sont pour cela reconnus et appréciés dans un grand nombre de filières professionnelles (plus de 90 % de placement après la première année).

Formation continue/alternance

Pour éviter les inconvénients liés à l’organisation de modules sur des périodes de un à trois mois qui ont pu limiter jusqu'ici les accès en formation continue ou par alternance, les enseignements seront organisés dans la mesure du possible par "blocs" sur des périodes courtes de manière à permettre un accès plus aisé pour ce public.

Les évolutions réglementaires récentes (DCE), la pression sur la ressource et plus généralement le contexte socio-politique (exigences de développement durable) font que de nombreux professionnels actuellement en fonction éprouvent le besoin de compléter leur formation. Nous envisageons donc d'évoluer dans nos pratiques organisationnelles pour mieux satisfaire ces demandes croissantes.

Origines des étudiants

La spécialité QuEST attire pour moitié des étudiants issus de la licence de Besançon et pour moitié et des étudiants issus d’autres universités (Clermont, Toulouse, Angers, Dijon, Lyon, Metz, Toulouse…). La mise en place du LMD a modulé les flux d’entrée d’étudiants extérieurs à la Franche-Comté qui se déplacent progressivement de l’entrée en M2 (ex DESS) vers l’entrée en M1 (ex-maîtrise) où s’effectue maintenant un nombre élevé d’inscriptions d’étudiants non franc-comtois.

L’attractivité de cette spécialité est forte au niveau national. Au niveau international, le master attire de nombreux étudiants étrangers, mais seuls 1 à 2 étudiants étrangers par an satisfont aux pré-requis.